Aikido Journal Home » Articles » Le Fondateur de l’Aïkido (01) : La Technique Divine du Non-Soi Aiki News Japan

Le Fondateur de l’Aïkido (01) : La Technique Divine du Non-Soi

Available Languages:

par Kisshomaru Ueshiba

Aiki News #30 (August 1978)

Traduction française: Emmanuelle Perret

L’article suivant a été rédigé avec l’aimable assistance de l’australien Jason Wotherspoon.

L’Aïkido n’est pas un art martial qui a été créé du jour au lendemain. De même, ce n’est pas une nouvelle île ou une nouvelle montagne qui s’est érigée en un seul soir.

Durant les 86 années de sa vie, Morihei Ueshiba a façonné de ses mains l’édifice sublime de l’aïkido en construisant sa fondation pierre par pierre pour le voir s’écrouler ; là-dessus il recommença à nouveau son travail. Encore une fois, l’édifice s’écroula. Encore une fois, il reprit son labeur. Vraiment, cette structure est emblématique des expériences personnelles vécues au cours d’épreuves et de privations.

Le corps et l’esprit du fondateur ont fourni le mortier de cette tâche. Il a étudié sérieusement et maîtrisé de nombreux arts martiaux traditionnels de style ancien mais il est resté insatisfait. Il a poursuivi plus loin sa quête d’une vraie voie martiale qui soit plus mûre spirituellement et fondamentalement nouvelle en imposant de cruelles épreuves à son âme et à son corps jour et nuit. Ce fut la cristallisation des efforts de la vie du fondateur. Cela explique la saisissante individualité de l’aïkido qui s’exprime naturellement dans l’originalité sans précédent de ses concepts, sa spiritualité chaleureuse et pourtant aiguisée, la vraisemblance et la rationalité de ses mouvements nécessairement puisés dans l’expérience vécue de la guerre, sa nature en tant que « Do » (voie ou chemin) découlant de la perception d’une magnifique entité au-delà de l’étendue des capacités mentales de l’Homme, et allant jusqu’à l’unification avec celle-ci.

Ceux qui ont simplement vu le fondateur au cours d’une démonstration ou durant un entraînement au dojo et, bien sûr, ceux qui étaient ses élèves et ont reçu son enseignement personnel de son vivant sont, même maintenant, unanimes dans leurs commentaires. Premièrement, en ce qui concerne la crainte respectueuse inspirée par « l’éclat perçant des yeux du fondateur » semblant capable de pénétrer une forteresse imprenable ; et aussi, « l’impression profonde d’une force absolue instantanément victorieuse » de l’esprit, de l’âme et du corps ; finalement, dans leur conclusion que sa technique (celle du fondateur) peut uniquement être décrite comme une « technique divine ».

Par exemple, un viel étudiant qui s’est entraîné avec O-Sensei pendant plus de dix ans fait les commentaires suivants : « Je voulais essayer de toucher le corps de Sensei juste une fois. Mais toujours à l’instant où j’essayais de le toucher mon corps entier volait dans les airs. Je n’ai aucune idée de comment cela arrivait. Je n’avais pas d’autre choix que d’être convaincu que c’était la « technique divine ». « A l’instant où je m’opposais à lui », confesse un autre disciple d’O-Sensei durant ses dernières années, « je devenais comme un grain de sable. C’était comme si j’étais aspiré par le corps de Sensei en même temps que l’air. Pour moi, Sensei était un « kami » (être divin). » Aussi, un artiste à qui il est arrivé de voir le fondateur dans une démonstration au ton sérieux a commenté : « Comment une force absolue peut revêtir une telle forme plaisante et belle sans être ni rude ni violente : j’ai été immergé dans la fascination comme si j’avais été en adoration devant une image exceptionnelle et sacrée du bouddhisme Shinto ». Sans considérer sa façon d’être en tant qu’humain dans la vie quotidienne, je me sens personnellement contraint d’affirmer que ces impressions et commentaires à propos de sa « technique divine » décrivent, en effet, sa manière d’être.

La férocité qui caractérisait le fondateur, en particulier jusqu’à ce qu’il ait une soixantaine d’années, et qui peut seulement se décrire comme une sorte d’esprit violent, s’est dissipée pour laisser son corps enveloppé d’une aura chaude qui peut seulement être appelée sérénité. De plus, cette sérénité animée par un magnifique esprit, si elle était observée de près, révélait une extrême qualité de légèreté, une force puissante d’attraction, et la puissance de succion du vide, laissant imaginer le fameux « trou noir », aussi décrit comme l’un des mystères de l’univers, qui doit être similaire à ceci. On pouvait sentir une puissance mystérieuse au-delà de la compréhension normale d’un humain. En résumé, je dirai que le fondateur a atteint la sublime élévation de la « technique divine ».

Bien sûr, la « divine technique » du fondateur ne lui est pas venue dès l’instant où il a commencé à pratiquer la voie martiale. Comme je le mentionnais ci-dessus, ce fût uniquement le résultat de longues années de privations continues. Ce fût la cristallisation d’une vie du plus déterminé déni de soi. Encore une fois, ce n’était pas quelque chose dont le fondateur lui-même avait conscience et ce n’était pas non plus quelque intention de sa part. Cela doit être compris comme un fruit divin gagné à travers une fervente discipline. En cela réside la valeur humaine du fondateur qui a constamment dévoué sa vie aux arts martiaux. Le fondateur a défié les limites des exploits humains. En dernière analyse, le processus de s’entraîner soi-même qui a mené naturellement à l’appréhension de la technique divine est une chose précieuse. C’est une erreur d’adorer le fondateur, l’élevant sur un piédestal, sans penser aux austérités qui menèrent à sa technique divine. Traiter le fondateur comme s’il était né demi-dieu n’a pas de sens.

Le révérend Genyu Sogabe du célèbre Temple Kozan (le temple de la famille Ueshiba et le site d’un monument au fondateur ainsi que de sa tombe) à Tanabe, dans la Province Kii, qui, le premier, a reçu les instructions personnelles du fondateur, peu après la guerre, commence ses remarques de la façon suivante :

(The full article is available for subscribers.)

Subscription Required

To read this article in its entirety please login below or if you are not a subscriber click here to subscribe.

Username:
Password:
Remember my login information.