Aikido Journal Home » Articles » Où qu'aille la pensée, le corps suit Aiki News Japan

Où qu’aille la pensée, le corps suit

Available Languages:

par Lynn Seiser

Published Online

Traduction française: Frédéric Lemaitre

J’ai appris qu’il y a quatres étapes d’apprentissage. La première est l’incompétence inconsciente pendant laquelle quelque chose ne fonctionne pas mais que vous ne le savez pas. La deuxième est l’incompétence consciente caractérisée par le fait de savoir quand quelque chose ne fonctionne pas. La troisième est la compétence consciente où quelque chose fonctionne mais que vous devez rester consciencieusement à l’écoute de ce que vous faîtes. La quatrième est la compétence inconsciente quand quelque chose a l’air de marcher tout seul.

On dit au début qu’un coup de poing est juste un coup de poing. Vous le lancez et espérez que ça touche quelqu’un. En entraînement, un coup de poing devient une science où chaque alignement et mouvement du pied, de la jambe, de la hance, de l’épaule, du coude, du poignet, et de la main est consciencieusement amélioré grâce à des répétitions réalistes. Finalement, un coup de poing est juste un coup de poing, mais cette fois il est complètement différent du premier.

Une des controverses que j’ai souvent entendue au travers des forums internet traitant d’arts martiaux tient au fait de s’entraîner mentalement ou non. Beaucoup semblent penser que l’entraînement spirituel n’est pas nécessaire parce qu’au final nous devrons éteindre toutes cette discussion interne avec nous même de toute façon. Donc pourquoi commencer ? Il est intéressant qu’une forme d’entraînement mental, de discipline ou de méditation ait toujours fait partie de la tradition des arts martiaux. Les athlètes professionnels savent, apprécient et profitent tous de la psychologie du sport et de l’amélioration des performances. La psychothérapie moderne, spécialement les écoles cognitives et comportementales, a été très efficace pour changer et effacer la croyance fondée sur la peur qui perpétue l’épidémie de dépression et d’anxiété qui fait partie du quotidien de chacun.

Quand j’ai commencé l’aikido, j’ai accepté qu’une partie de cet entraînement soit pédagogique. J’ai une bibliothèque de livres d’aikido, des videos et des DVD. Je lis et regarde à peu près tout. Quelques trucs ne sont pas très bons, mais ils donnent une autre perspective, des exemples ou des explications. C’est intéressant que l’esprit range ces informations différentes et en contradiction et devienne soit confus à cause des contradictions soit trouve un aperçu plus profond, une compréhension et une généralisation que les dénominateurs communs fournissent.

Je sais que je suis en train de prêcher des convaincus puisqu’être un membre actif de forum internet implique d’être d’accord à propos des joies et des bénéfices de discuter sur l’aikido. Bien que l’entraînement spirituel ne remplacera jamais la sueur obligatoire de l’entraînement physique, il peut compléter, apporter et même accélérer les progrés. Souvent la nécesité n’est pas de s’entraîner plus mais de s’entraîner plus sagement. Souvenez-vous, où qu’aille la pensée, le corps suit.

Merci de m’avoir écouté, de l’opportunité de vous servir et d’avoir partagé cette journée. Maintenant tous à l’entraînement.